Glossaire - lettre M

Macrophyte

Ensemble des végétaux aquatiques ou amphibiques visibles à l'oeil nu, ou vivant habituellement en colonies visibles à l'oeil nu.

Source : d'après AFB.

Macroplancton

Plancton * de grande taille et visible à l'oeil nu. Les méduses et les cténophores font partie du macroplancton.

Source : d'après Wikipédia.

Macropolluant

Ensemble comprenant les matières en suspension * , les matières organiques * et les nutriments * , comme l'azote et le phosphore. Les macropolluants peuvent être présents naturellement dans l'eau, mais les activités humaines en accroissent les concentrations * (rejets * d'eaux usées * , industrielles ou domestiques, ou pratiques agricoles). Par opposition aux micropolluants * , toxiques * à très faibles doses, l'impact * des macropolluants est visible à des concentrations plus élevées.

Source : d’après SOeS.

MAE - voir "Mesure agri-environnementale"
Maladie hydrique

Maladie provoquée par l'ingestion ou le contact avec de l'eau insalubre.

Source : d'après Lenntech.

Mammifère aquatique

Ensemble d'animaux vertébrés * aquatiques qui ont la particularité d'être vivipares : la femelle laisse * grossir dans son ventre le ou les petits qui en sortiront vivants. Les différents mammifères marins qui peuplent les océans * (les cétacés * ), ainsi que diverses espèces * d'eau douce * , comme la loutre européenne, sont des mammifères aquatiques. Leur mode de fonctionnement dépend de l'écosystème * aquatique dans lequel ils évoluent.

Source : d’après Agence de l'eau Loire-Bretagne.

Mangrove

Zone forestière amphibie composée essentiellement de palétuviers, qu'on trouve sur les sédiments * vaseux des littoraux tropicaux.

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marais

Ensemble de milieux humides où la nappe d'eau stagnante * superficielle est généralement peu profonde.

Source : d'après AFB.

Marais desséché
Marais * protégé des inondations * et des marées * par un réseau de levées * et de digues * .
Source : d'après Conseil régional de Poitou-Charentes.

Marais intermédiaire
Marais * partiellement protégé des inondations * .
Source : d'après Conseil régional de Poitou-Charentes.

Marais maritime

Région côtière, plate et humide, insuffisamment drainée et souvent inondée en pleine mers * . On le rencontre dans les embouchures, au fond des baies * et en arrière des cordons littoraux.

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marais mouillé

Marais * ou zone inondable * par crue * ou par engorgement en période pluvieuse.

Source : d'après Conseil régional Poitou-Charente.

Marais salant

Espace littoral * aménagé pour la production du sel marin par évaporation * naturelle.

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marché de droits à polluer

Marché de permis échangeables qui donnent droit à un acteur (entreprise, individu, etc.) d'émettre un polluant * ou de prélever une ressource. L'Etat fixe un objectif de qualité * environnementale et distribue ou alloue le montant correspondant de droits. Ces droits peuvent ensuite être achetés ou vendus entre les acteurs, un pollueur ne pouvant pas émettre plus de polluants qu'il ne possède de permis.

Source : d'après Philippe Bontems (économiste).

Mare

Etendue d'eau superficielle de petite taille et de faible profondeur, permanente ou saisonnière. Les mares de l'estran * abritent une flore * et une faune * d'une grande variété et notamment des juvéniles * de nombreuses espèces * de poissons * . Petite étendue d'eau dormante, permanente ou temporaire, généralement de formation naturelle, plus petite qu'un étang * .

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marécage

Terrain bas, humide et bourbeux, parfois inondé où s'étendent des marais * .

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marée

Mouvement multi-périodique du niveau de la mer * dont la partie principale est la marée * astronomique. Phénomène ondulatoire, dû à l'attraction du soleil et de la lune, qui affecte la surface des océans * et des mers.

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marée de morte-eau

Marée * de faible marnage * se produisant lorsque la lune est proche du premier et du dernier quartier. On parle aussi de « mortes eaux ».

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marée de vive-eau
Marée * de fort marnage * se produisant aux époques de pleine lune et de nouvelle lune. On parle aussi de « vives eaux ».
Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marée descendante
Partie du cycle de la marée * comprise entre la pleine mer * et la basse mer suivante, opposé à marée montante * . On parle aussi de « jusant », « reflux » ou « perdant ».
Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marée montante
Partie du cycle de la marée * comprise entre la basse mer * et la pleine mer qui suit. Opposé à marée descendante * . On parle aussi de « flux » ou « montant ».
Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marée noire
Pollution massive par des hydrocarbures.
Source : d'après Ifremer.

Marée terrestre
Mouvement périodique de l'écorce terrestre, sous l'effet de la force génératrice de la marée * due a la lune et au soleil.
Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Marée verte

Pollution * provoquée par l'échouage en grande quantité d'algues * vertes (ulves) sur les côtes * .

Source : d'après Ifremer.

Marnage

Variation du niveau de l'eau en fonction des périodes de crue * ou d'étiage * dans un plan d'eau * , ou en fonction du niveau de pleine mer * et du niveau de basse mer. Il se mesure en mètres entre deux dates.

Source : d'après AFB.

Marnage interannuel
Moyenne des variations de niveau d'eau * du plan d'eau * (en mètres, au décimètre près), hors vidange et hors crue * , pour une année de fonctionnement normal. Le calcul du marnage * interannuel se fait de la manière suivante : cote * maximale - cote minimale observée.
Source : d'après AFB.

Masse d'eau

Portion de cours d'eau * , canal * , aquifère * , plan d'eau * ou zone côtière * homogène. Il s'agit d'un découpage élémentaire des milieux aquatiques destinée à être l'unité d'évaluation de la directive * cadre sur l'eau 2000/60/CE. Une masse d'eau de surface * est une partie distincte et significative des eaux de surface, telles qu'un lac, un réservoir, une rivière, un fleuve * ou un canal, une partie de rivière, de fleuve ou de canal, une eau de transition ou une portion d'eaux côtières * . Pour les cours d'eau la délimitation des masses d'eau est basée principalement sur la taille du cours d'eau et la notion d'hydro-écorégion. Les masses d'eau sont regroupées en types homogènes qui servent de base à la définition * de la notion de bon état * . Une masse d'eau souterraine est un volume distinct d'eau souterraine à l'intérieur d'un ou de plusieurs aquifères. On parle également, hors directive cadre sur l'eau * , de masse d'eau océanique pour désigner un volume d'eau marin présentant des caractéristiques spécifiques de température et de salinité.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et AFB.

Masse d'eau artificielle (MEA)

Masse d'eau * de surface créée par l'homme dans une zone qui était sèche auparavant. Il peut s'agir par exemple d'un lac artificiel * ou d'un canal * . Ces masses d'eau sont désignées selon les mêmes critères que les masses d'eau fortement modifiées * et doivent atteindre les mêmes objectifs (bon potentiel écologique * et bon état * chimique), fixés par la directive * cadre sur l'eau 2000/60/CE.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et AFB.

Masse d'eau côtière - voir "Eaux côtières"
Masse d'eau cours d'eau - voir "Cours d'eau"
Masse d'eau de surface - voir "Eau de surface"
Masse d'eau de transition - voir "Eaux de transition"
Masse d'eau fortement modifiée (MEFM)

Masse d'eau * de surface ayant subi certaines altérations * physiques dues à l'activité humaine et de ce fait fondamentalement modifiée quant à son caractère. Du fait de ces modifications la masse d'eau ne peut atteindre le bon état * . Si les activités ne peuvent être remises en cause pour des raisons techniques ou économiques, la masse d'eau concernée peut être désignée comme fortement modifiée et les objectifs à atteindre, conformément à la directive * cadre sur l'eau 2000/60/CE, sont alors ajustés : elle doit atteindre un bon potentiel écologique * . L'objectif de bon état chimique * reste valable, une masse d'eau ne pouvant être désignée comme fortement modifiée en raison de rejets * polluants * .


Masse d'eau plan d'eau - voir "Plan d'eau"
Masse d'eau souterraine - voir "Nappe souterraine"
Matériel d'épandage

Matériel agricole servant à répandre divers produits sur une surface agricole.

Source : d'après Wikipédia.

Matériel d'irrigation

Matériel agricole servant à apporter de l'eau (et éventuellement d'autres substances * ) à des végétaux cultivés.

Source : d'après Wikipédia.

Matériel de drainage

Matériel utilisé pour accélérer l'évacuation naturelle ou artificielle, par gravité ou par pompage, d'eaux superficielles ou souterraines.

Source : d'après Dictionnaire encyclopédique de la diversité biologique et de la conservation de la nature et OIEau.

Matière en suspension (MES)

Particule solide, minérale ou organique, en suspension dans l'eau. L'eau apparaît trouble et colorée.

Source : d'après Agence de l'eau Adour-Garonne.

Matière inhibitrice (MI)

Polluant * des eaux, minéral ou organique, ayant une toxicité * suffisante pour inhiber le développement et/ou l'activité des organismes aquatiques. L'unité de mesure est l'équitox * (eq) et le kiloéquitox (keq ou ket).

Source : d'après François Ramade (écologue).

Matière minérale

Matière non organique faite de composants solides.

Source : d'après Wikipédia.

Matière organique - voir "Matière oxydable"
Matière organique dissoute (MOD)
Molécule organique dissoute provenant soit de la dégradation d'organismes morts, soit de l'excrétion d'organismes vivants (plancton * ).
Source : d'après Ifremer.

Matière organique particulaire (MOP)
Désigne les particules organiques, vivantes ou mortes, en suspension dans les eaux.
Source : d'après Ifremer.

Matière oxydable (MO)
Matière organique * carbonée ou azotée (substance * d'origine biologique). Les matières oxydables constituent l'essentiel de la partie biodégradable de la pollution * organique rejetée. Pour les éliminer, les bactéries * présentes dans le milieu utilisent l'oxygène dissous * dans l'eau. Des déversements importants de matière organique peuvent entraîner des déficits notables en oxygène dissous, perturbant ainsi l'équilibre biologique d'un cours d'eau * .
Source : d'après Agence de l'eau Adour-Garonne.

MCD - voir "Modèle Conceptuel de Données"
MEA - voir "Masse d'eau artificielle"
Méandre

Tronçon * compris entre deux points d'inflexion successifs. A l'extérieur de la courbe (ou extrados) la berge * concave est érodée, abrupte, propice à l'érosion * latérale. A l'intérieur de la courbe (ou intrados) la berge convexe est en pende douce, propice à la sédimentation des bancs alluvionnaires. Il existe deux grands types de méandres, les méandres encaissés et les méandres libres, et un type intermédiaire, les méandres contraints.

Source : d'après Cemagref.

MEC - voir "Méthode d'évaluation contingente"
MEFM - voir "Masse d'eau fortement modifiée"
Mélange d'eau
Mélange se produisant dans les plans d'eau * . Ces derniers se distinguent en fonction de leurs caractéristiques de mélange des eaux. Il existe ainsi : les plans d'eau dimictiques (qui basculent deux fois par an, avec stratification thermique * directe en saison chaude et une stratification inverse lorsque le lac gèle), les plans d'eau méromictiques (caractérisés par une stratification stable de leurs eaux profondes * ), les plans d'eau monomictiques (qui ne basculent qu'une fois par an et sont divisibles en 2 catégories : les lacs monomictiques chauds - dont la température de l'eau en surface et en profondeur ne descend pas en dessous de 4°C , et les lacs monomictiques froids - dits polaires, dans la mesure où, en saison chaude, les eaux de la surface ne dépassent pas 4°C), et les plans d'eau polymictiques (qui connaissent une stratification thermique estivale instable et facilement détruite par le vent).
Source : d'après AFB.

Mer

Ensemble des eaux salées recouvrant la partie immergée de la Terre. S'oppose a terre. Les étendues d'eau fermées, même salées, situées à l'intérieur des terres (mer Caspienne, mer Morte, mer d'Aral) ne sont pas considérées, malgré leur nom, comme faisant partie de la mer.

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Mer territoriale

Zone de souveraineté d'un État côtier, d'une largeur de 12 milles (au maximum) à partir de ses lignes de base * . On dit aussi eaux territoriales * .

Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

MES - voir "Matière en suspension"
Mesure agri-environnementale (MAE)

Mesure visant une meilleure prise en compte de l'environnement (protection des eaux,...) dans les pratiques agricoles, par : encouragement aux agriculteurs limitant l'utilisation d'engrais et de pesticides, encouragement à la réduction des troupeaux pour atténuer la pollution * par effluents * d'élevage, encouragement aux agriculteurs adoptant des pratiques améliorant la qualité du milieu rural ou l'entretien des terres abandonnées, encouragement au gel de terres agricoles sur 20 ans à des fins écologiques, lancement des Plans de Développement Durable * (PDD) à titre expérimental en 1993, visant à globaliser les diverses aides agri-environnementales évoquées et d'autres aides relatives au développement. Les mesures agri-environnementales (MAE) se traduisent par des aides ou des rémunérations accordées aux agriculteurs ayant des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement sous la forme d'un engagement contractuel entre l'Etat, la CEE et des exploitants agricoles pour une durée de 5 à 10 ans (voire 20 ans).

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et AFB.

Méta dispositif de collecte

Dispositif de collecte * correspondant au regroupement d'un ensemble de points de dispositifs de collecte existants. Ce regroupement peut correspondre par exemple au regroupement de dispositifs de collecte portant sur un même territoire, sur un regroupement logique de thématiques, sur un but opérationnel... La cohérence du méta dispositif provient des règles communes s'appliquant à l'ensemble des dispositifs de collecte associés.

Source : d'après AFB et OIEau.

Métadonnée

Donnée * qui décrit une ressource (cette ressource peut être, par exemple, une autre donnée). Les métadonnées sont des informations * qui renseignent sur la nature des données. Les métadonnées que l'on peut par exemple associer à un document sont : son titre, son auteur, sa date de création... Le Service d'administration nationale des données et référentiels * sur l'eau (Sandre) produit des métadonnées associées aux jeux de données de référence * et aux documents de spécifications * . A titre d'exemple, les métadonnées géographiques diffusées par le Sandre reposent sur la norme * ISO 19115, et les métadonnées de document utilisent le Dublin Core.

Source : d'après AFB et OIEau.

Métaux lourds

Métaux dont la densité est supérieure à 4,5 g/cm3 (protocole relatif aux métaux lourds de la convention de Genève). Les métaux lourds sont des éléments polluants * et toxiques * surtout sous forme de composés organiques se concentrant dans la chaîne alimentaire. Il s'agit du plomb, du mercure, de l'arsenic, du cadmium, du zinc, du cuivre, du chrome et du nickel. Ils proviennent de la combustion des charbons, pétroles, ordures ménagères... et de certains procédés industriels particuliers.

Source : d'après Ademe.

Météorologie
Science de l'atmosphère.
Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Météorologie nautique
Météorologie * marine en tant qu'elle intéresse la navigation. Elle comporte pour l'essentiel l'état de la mer * et sa prévision, la visibilité, le vent, etc.
Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Méthode basée sur les coûts

Méthode permettant d'évaluer la valeur d'un bien environnemental (ou plus souvent de l'une de ses fonctions) à partir des coûts qui seraient engagés si celui-ci venait à disparaître ou son fonctionnement altéré. Il en existe plusieurs : la méthode des coûts de remplacement, la méthode des coûts substituts * , la méthode des coûts évités, la méthode du changement de productivité * et la méthode des coûts de la maladie.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode d'analyse conjointe - voir "Méthode d'expérience de choix"
Méthode d'évaluation contingente (MEC)

Méthode permettant de mesurer l'accroissement de bien-être généré par une amélioration de l'environnement. La méthode d'évaluation contingente repose sur la réalisation d'enquêtes. Elle consiste à proposer aux personnes interrogées un scénario fictif pour les amener à déclarer la somme maximale qu'elles seraient prêtes à verser pour cette amélioration de l'environnement.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et OIEau.

Méthode d'évaluation environnementale

Méthode permettant l'évaluation environnementale des bénéfices et dommages * environnementaux. Il en existe plusieurs : la méthode d'évaluation contingente * (MEC), la méthode des prix hédonistes * , la méthode des coûts de transport * , la méthode des dépenses de protection * .

Source : d'après Patrice Dumas (économiste).

Méthode d'expérience de choix

Méthode consistant à l'évaluation d'un bien environnemental s'appuyant sur des enquêtes, durant lesquelles les agents sont amenés à choisir parmi plusieurs scénarios composites. Dans chaque ensemble de choix, deux alternatives sont proposées ainsi qu'une situation de référence (le statu quo). La personne interrogée choisit un scénario au sein de chaque ensemble ou classe les scénarios. L'analyse * statistique permet ensuite d'attribuer une valeur à chaque niveau d'attribut * du bien envisagé, et donc, en les sommant, au bien dans sa globalité.

 

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode des coûts de déplacement - voir "Méthode des coûts de transport"
Méthode des coûts de la maladie

Méthode consistant à évaluer le coût de la dégradation d'un bien environnemental. La dégradation d'un bien environnemental peut conduire à une morbidité et une mortalité accrues ainsi qu'à une augmentation des dépenses de santé : le chiffrage de ces coûts, notamment par la définition * de relations dose-réponse, permet d'estimer un coût de la dégradation du bien étudié.

 

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode des coûts de remplacement

Méthode consistant à évaluer le coût induit par le remplacement d'un actif environnemental détruit. Des variantes peuvent s'intéresser au coût de restauration * ou de relocalisation. Avec cette méthode, il s'agit d'estimer les dépenses nécessaires pour restaurer la biodiversité * qualitativement et quantitativement ou pour reconstituer les services qu'elle rend.

 

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode des coûts de transport

Méthode consistant à estimer le droit d'entrée maximal que les visiteurs d'un site seraient prêts à payer pour continuer à visiter ce site. Elle repose sur l'idée que les dépenses de transport engagées par les individus pour se rendre dans un site constituent leur consentement à payer * pour visiter ce site. Le coût de déplacement est une mesure de l'unité de visite.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et OIEau.

Méthode des coûts évités

Méthode consistant à évaluer les coûts qu'il faudrait supporter en l'absence du bien environnemental étudié. Par exemple, la disparition d'une zone humide * permettant un écrêtement des crues * aurait pour conséquence une augmentation des risques * d'inondation * et donc des dommages * occasionnés par celles-ci.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode des coûts substituts

Méthode consistant à évaluer les coûts qu'il faudrait supporter pour pallier l'absence du bien environnemental étudié par un moyen artificiel. Par exemple, une réduction des fonctions d'autoépuration d'une zone humide * conduirait à construire des stations d'épuration * complémentaires ou à redimensionner des stations existantes.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode des dépenses de préservation - voir "Méthode des dépenses de protection"
Méthode des dépenses de protection

Méthode consistant à évaluer les coûts de la pollution * par les dépenses faites par les ménages pour se protéger d'une dégradation environnementale : achat d'adoucisseurs, d'eau embouteillée * , etc.

Source : d'après Patrice Dumas (économiste).

Méthode des préférences déclarées

Méthode permettant l'évaluation de la valeur d'un bien environnemental (ou de l'une de ses fonctions) en utilisant un marché substitut fictif, qui permet de pallier l'absence d'un marché réel sur lequel serait fixé le prix du bien environnemental. Il en existe plusieurs, notamment la méthode d'évaluation contingente * et la méthode d'expérience de choix * .

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode des préférences révélées

Méthode permettant l'évaluation de la valeur d'un bien environnemental (ou de l'une de ses fonctions) en utilisant un marché substitut existant. Il en existe plusieurs : la méthode des prix hédonistes * , la méthode des coûts de transport * , et la méthode des dépenses de protection * .

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode des prix hédoniques - voir "Méthode des prix hédonistes"
Méthode des prix hédonistes

Méthode consistant à isoler la part relative à la qualité de l'environnement dans les transactions immobilières. Par exemple, le prix d'un bien immobilier dépend de ses caractéristiques, certaines étant liées à la qualité de l'environnement.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et OIEau.

Méthode des transferts de bénéfices
Méthode utilisant les résultats d'études similaires existantes pour estimer la valeur d'un bien environnemental.
Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Méthode du changement de productivité

Méthode consistant à évaluer la valeur d'un bien environnemental. Lorsque ce dernier est dégradé, sa fonction de production peut être affectée : la perte de valeur du bien peut alors être mesurée à l'aune du changement de productivité induit par sa dégradation.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement.

Métier de l'eau

Emploi concerné spécifiquement par le domaine de l'eau, que ce soit pour surveiller et entretenir les milieux, gérer la ressource, distribuer l'eau potable * ou épurer les eaux usées * . Les métiers de l'eau sont nombreux : hydrologues, chimistes, fontainiers, traiteurs d'eau, etc.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et AFB.

METOX
Indice * global calculé à partir des concentrations * en métaux et métalloïdes, pondérées par des coefficients multiplicateurs en fonction de leur degré de toxicité * , selon les normes * Afnor T 90-112, T 90-113 et T 90-119 (en métox/jour pour les rejets * ). Cet indice est établi par les Agences de l'eau * afin de percevoir les redevances * de pollution * .
Source : d'après Agence de l'eau Adour-Garonne.

Métrologie

Science de la mesure des paramètres * , à partir de capteurs. La métrologie mesure par exemple la vitesse des courants marins * ou la chimie de l'eau.

Source : d'après Ifremer.

MI - voir "Matière inhibitrice"
Micro-irrigation

Forme d'irrigation * dans laquelle l'eau est distribuée sous faible pression * près du pied des plantes, à l'aide de tuyaux percés de petits orifices.

Source : d'après dictionnaire Larousse.

Microcentrale hydroélectrique

Installation * hydroélectrique transformant l'énergie hydraulique * en énergie électrique dont la puissance varie de quelques kW à 4.500 kW (seuil * de la concession * avec décret * en Conseil d'Etat). Le terme "micro" utilisé dans le langage courant ne permet pas de rendre compte de l'importance de l'unité de production (volume turbiné, hauteur de chute).

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et AFB.

Microorganisme

Organisme de taille microscopique (bactéries * et champignons essentiellement) qui est impliqué dans les processus de décomposition et de biodégradation.

Source : d'après Agence de l'eau Rhin-Meuse.

Microplancton

Planton de très petite taille, invisible à l'oeil nu.

Source : d'après Ifremer.

Micropolluant

Polluant * présent généralement en faible concentration * dans un milieu donné (de l'ordre du microgramme (µg) au milligramme (mg) par litre ou par kilogramme) et qui peut avoir un impact * notable sur les usages et les écosystèmes * .

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et AFB.

Micropolluant minéral

Produit actif minéral - principalement des métaux ou des métalloïdes - dont l'accumulation, même à des concentrations * infimes, impacte * le milieu et les organismes. Les principaux micropolluants * minéraux suivis (dont la présence peut être naturelle ou d'origine anthropique) sont le cadmium, le mercure, le cuivre, le chrome, le zinc, le nickel et le plomb.

Source : d’après Agence de l’eau Seine-Normandie.

Micropolluant organique

Produit actif organique - le plus souvent synthétisé par l'industrie chimique - dont la présence, même à de très faibles concentrations * , peut s'avérer toxique. Les principaux micropolluants * organiques suivis sont les organo-halogénés volatils (OVH), les hydrocarbures et les polychlorobiphényles * (PCB).

Source : d’après Agence de l’eau Seine-Normandie.

MIE - voir "Mission interministérielle de l'eau"
Migration
Déplacement orienté d'un groupe d'individus entre deux habitats * distincts sous l'influence de facteurs périodiques (climatiques, alimentaires et reproducteurs) ou accidentels, avec retour ultérieur sur les lieux de départ. Le plus fréquemment, ces déplacements sont nécessaires à l'accomplissement du cycle vital des espèces * : migrations gamiques (liées à la reproduction), migrations ontogénétiques (liées au déplacement des individus au cours de leur développement), migrations trophiques (liées au comportement alimentaire).
Source : d'après Conseil régional de Poitou-Charentes.

Milieu humide - voir "Zone humide"
Milieu naturel

Territoire plus ou moins vaste et sauvage qui présente un intérêt biologique, écologique ou paysager, et qui nécessite des mesures de protection adaptées. Un milieu naturel est constitué d'une multitude d'habitats * imbriqués les uns dans les autres.

Source : d'après Syndicat mixte Calvados littoral espaces naturels.

Mille marin - voir "Mille nautique"
Mille nautique

Unité de longueur traditionnellement utilisée en navigation, et qui vaut 1852 m. A ne pas confondre avec le mile, mesure anglo-saxonne de longueur, qui vaut 1609 m.

Source : d'après Ifremer.

Minéralisation

Processus de dégradation par voie chimique ou biologique de la matière organique * du sol en ses constituants chimiques élémentaires.

Source : d'après Brgm et AFB.

MISE - voir "Mission inter-services de l'eau"
Mise en conformité
Action visant à modifier et à améliorer les installations * concernées en vue du respect de la réglementation qui les concerne.
Source : d'après Ministère chargé de l'écologie.

Mise en sécurité
Action visant à éliminer ou réduire à un niveau acceptable un risque * immédiat (par exemple, l'évacuation ou l'élimination des produits dangereux et des déchets * présents sur le site par interdiction ou limitation d'accès au site, ou par suppression des risques d'incendie et d'explosion...).
Source : d'après BRGM.

Mission inter-services de l'eau (MISE)

Instance de coordination visant à renforcer la cohérence de l'action de l'Etat sous l'autorité des préfets. La mission interservices de l'eau (MISE) doit réunir les directeurs des principaux services déconcentrés et des établissements publics locaux (en particulier : DREAL, DDTM, DDCSPP, Gendarmerie, ONEMA, agence de l'eau * , ONCFS, Préfecture, DIRM) pour débattre des priorités et des modalités de mise en oeuvre de la politique de l'eau et de son articulation avec les politiques sectorielles, en veillant à la bonne association des outils régaliens, financiers et d'ingénierie publique. Le chef de la MISE est le DDT. La DREAL a un rôle de coordination des MISE au niveau régional.

Source : d’après Ministère chargé de l’environnement et AFB.

Mission interministérielle de l'eau (MIE)
Au terme du décret * du 27 février 1987, mission placée dans les attributions du Ministre chargé de l'environnement et composée des représentants des ministères exerçant des responsabilités en matière d'eau. La mission interministérielle de l'eau (MIE) examine les programmes d'équipement, la répartition des ressources et des moyens et spécialement les crédits au budget de différents ministères intéressés. Elle examine également tous les projets de lois * , décrets, arrêtés * réglementaires, instructions et circulaires portant sur les problèmes de l'eau élaborés par les ministères concernés. La mission interministérielle examine de même les projets d'instruction, adressés par le Ministre chargé de l'environnement aux organismes de coordination et aux Agences de l'Eau * . La MIE a par exemple examiné les 6 Schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux * (SDAGE) métropolitains le 9 mai 1996.
Source : d'après Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse.

MO - voir "Matière oxydable"
MOD - voir "Matière organique dissoute"
Modèle Conceptuel de Données (MCD)

Schéma représentant la structure du système d'information * du point de vue des données * , c'est-à-dire les dépendances ou relations entre les différentes données du système d'information * : le modèle conceptuel de données (MCD) a pour but de décrire de façon formelle les données qui seront utilisées par le système d'information. Les concepts de base sont : entité * (ou objet ou classe), relation ou association, propriétés ou attributs * , identifiant * . Le Service d'administration nationale des données et référentiels * sur l'eau (Sandre) élabore des modèles de données au sein de dictionnaire de données * selon la modélisation UML ou Merise.

Source : d'après AFB et OIEau, et Wikipédia.

Modèle économétrique utilisé
Modèles mis en oeuvre pour analyser l'influence de certaines données * sur une variable d'intérêt.
Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et OIEau.

Modèle physique de données
Représentation graphique des tables d'une base de données * et des liens qui existent entre chacune d'elles. En ce sens, elle est l'image structurant d'une base de données * .
Source : d'après AFB et OIEau.

Module d'un cours d'eau
Débit * moyen annuel pluriannuel en un point d'un cours d'eau * . Le module est évalué par la moyenne des débits moyens annuels * sur une période d'observations suffisamment longue pour être représentative des débits mesurés ou reconstitués.
Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et AFB.

Mollusque

Animal, aquatique ou terrestre, non segmenté, à symétrie bilatérale quelquefois altérée. Le corps d'un mollusque se compose généralement d'une tête, d'une masse viscérale et d'un pied. La masse viscérale est recouverte en tout ou partie par un manteau, qui sécrète une coquille calcaire.

Source : d'après Wikipédia.

Monopole naturel

Situation dans laquelle l'offreur est seul à vendre un bien ou un service donné à une multitude d'acheteurs. Le monopole est dit naturel lorsque les rendements de production sont croissants (notamment du fait de coûts fixes * bien supérieurs aux coûts variables * ).

Source : d'après AFB.

Montaison

Action de remonter un cours d'eau * pour un poisson migrateur * pour rejoindre son lieu de reproduction ou de développement.

Source : d'après Conseil régional Rhône-Alpes.

Montant - voir "Marée montante"
MOP - voir "Matière organique particulaire"
Morphologie

Science qui étudie les caractéristiques, la configuration et l'évolution de formes de terrains et de roches. Les principaux éléments qui la caractérisent sont : le profil en travers, le profil en long * , les sinuosités * , les styles fluviaux, les vitesses d'écoulement * , les successions des facies * , les variations granulométriques, le corridor rivulaire * , et la relation avec la nappe alluviale * .

Source : d'après AFB.

Morphologie fluviale

Etude de la forme des cours d'eau * .

Source : d'après AFB.

Mortalité naturelle
Coefficient instantané de disparition d'individus pour des causes autres que celles dues à la pêche (vieillesse, maladie, prédation).
Source : d'après Ifremer.

Mortalité par pêche
Coefficient instantané de disparition d'individus consécutive aux opérations de pêche * .
Source : d'après Ifremer.

Mortes eaux - voir "Marée de morte-eau"
Mouvement de marée
Mouvements des masses d'eaux * de la mer * comprenant les déplacements verticaux dus à la marée * et les déplacements horizontaux dus aux courants de marée * .
Source : d'après Organisation Hydrographique Internationale.

Mytiliculture

Élevage traditionnel des moules.

Source : d'après Conseil régional de Poitou-Charentes.